Equus (grand véhicule) / 2001 ~ composition de musique concrète

by Lionel Marchetti & Olivier Capparos

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    ORIGINAL MASTER : 44Khz - 16 bits

      €3 EUR  or more

     

1.
2.
3.

about

--- 2001 ---

« Le galop des chevaux sur la terre
est comme la première pensée des hommes. »
Éric Vuillard

&

« Que peut bien dissimuler l'énigme du Cheval et de ses enfants
au cœur d'une œuvre musicale ? »
Olivier Capparos

&

« Tu sais, ça n'est pas votre grand Bouc, là-haut
qui m'attire ou m'affole
— Lucifer en personne fixant tout voyageur —
mais l'indécence morve de la sorcière
nue, goûteuse
jouissant de la docilité naïve de ton corps
manipulé comme un sac. »
Lionel Marchetti

-

Equus (grand véhicule)

— un drame de l'espace et du temps

Musique concrète
de Lionel Marchetti & Olivier Capparos
pour une écoute acousmatique d'une durée de 33'30''

3 mouvements enchaînés

Composition musicale, conception et réalisation sonore, tournages sonores dans les studios du Groupe de Recherches Musicales de l’INA (Paris) en 1999/2001 et dans les studios personnels des compositeurs : Lionel Marchetti et Olivier Capparos


Présences sonores & voix diaphanes :

Damia, Sarah Bernhardt, Isabelle Duthoit, Adèle Marchetti, René Char, John Oswald, Pierre Henry, Lionel Marchetti, Olivier Capparos,
Pierre Schaeffer, Sariana Mileski, Jean-Luc Godard, Henri Chopin, Roger de la Frayssenet, Ezra Pound, Hans Bellmer, Michel Bouquet, Virgile, Charley Patton, Thierry Madiot, Zizi Jeanmaire, Jacques Lacan, Ingraham Marshall, Sheila Concari, Charlton Heston (Soylent Green), Alfred Hitchcock… & divers hasards radiophoniques.

Archives de cire : Alain de Philippis, Hubert Barrion

Commande de L'INA-GRM (Groupe de Recherches Musicales de l'INA) réalisée dans ses studios

Création publique sur acousmonium : Maison de Radio France, INA-GRM (Paris) – 2001

Une première édition CD de Equus (grand véhicule) à été réalisée chez Pogus Productions (Al Margolis), aux USA, en 2009 – POGUS CD 21052-2
www.pogus.com/21052.html

Remerciements : Michel Chion, Alexandra Baudelot, Odile Cortinovis, Christian Zanési, ACR de France Culture

Mastering numérique 2014 : L.M.
Copyright : Lionel Marchetti/Olivier Capparos/SACEM

Photographie : dessin (détail) de Olivier Capparos

----------------------

À propos de Equus (grand véhicule)
par Éric Vuillard :

« Les cauchemars des hommes sont les pensées des morts qui se décomposent dans la terre.
Sans cesse les pensées des morts viennent sous forme de catastrophe faire des trous dans les visages des hommes et dans les paroles des hommes.
Seules certaines paroles demeurent intactes et comme nouées à la terre des catastrophes.
Certaines paroles sont les pensées des morts recomposées.
Elles sont un âge à part et comme isolé dans sa propre éternité.
Elles recomposent les pensées des morts et conservent les visages des morts comme dans un ventre.
Une vague de terre vient sur les paroles des hommes et rien ne lui échappe.
L’histoire où l’homme parle est sans cesse attaquée par la vague de terre où les pensées des morts se décomposent.
L’histoire et les langues de l’histoire sont dévorées par la langue décomposée des morts.
Les morts parlent de l’histoire qui les a tués dans la terre qui décompose leurs pensées où l’histoire est dévorée.
L’histoire est menacée sans cesse par les pensées des morts.
Les paroles des enfants sont menacées par l’histoire.
Les paroles des hommes et les actions des hommes sont menacées par l’histoire.
L’histoire est menacée par les enfants morts et les hommes morts dont les pensées se décomposent dans la terre.
Les pensées des enfants morts remontent jusqu’aux hommes vivants.
Les pensées des hommes morts remontent jusqu’aux hommes vivants.
Les hommes vivants sont menacés par les pensées des enfants morts et des hommes morts qui se décomposent dans la terre.

Le galop des chevaux sur la terre est comme la première pensée des hommes.
La pensée des hommes domestique le cheval qui est la pensée des hommes.
L’homme à cheval se hisse d’un mètre et demi il se hisse au-dessus de la terre où les pensées des morts se décomposent.
La vitesse de l’homme à cheval imprime une vitesse plus grande à la pensée des hommes.
La hauteur de l’homme à cheval imprime une hauteur plus grande à la pensée des hommes.
Le corps de l’homme auquel s’ajoute le corps du cheval est comme la pensée de l’homme à laquelle s’ajoute une autre pensée.
Le pays de l’homme à cheval change de dimensions.
Le pays du cheval est un pays de l’homme qui va de la mer jusqu’à la montagne.
C’est un pays qui traverse les pays.
L’homme invente la géographie à cheval.
Il invente la guerre.
Le pays est trop étroit pour l’homme à cheval.
L’homme à cheval va devant lui.
À cheval l’homme élève des bêtes dont les dimensions sont celles du cheval.
Il peut domestiquer le taureau.
Il peut conquérir des terres et domestiquer le taureau.
L’esprit de l’homme a les dimensions du cheval.
Le cheval est la dimension du cheval dans la pensée.

Les pensées des morts se décomposent dans la terre.
Les pensées des morts remontent jusqu’aux hommes vivants.
Les rêves des hommes sont les pensées décomposées des morts.
Les pensées décomposées des morts sont comme une vague de terre qui dévore l’histoire.
L’histoire n’est pas la totalité des pensées décomposées dans la terre.
La musique ajoute au tumulte de la guerre la langue décomposée des morts.
La musique est un âge à part et comme isolé dans sa propre éternité.
Les pensées décomposées des morts à côté desquelles l’histoire n’est rien.
Aggravent la musique ; et le tumulte dans la musique est un âge à part et comme isolé dans sa propre éternité.
La musique est la pensée des morts communiquée dans une langue que personne ne parle.
La musique est la pensée des morts communiquée dans une langue que personne ne comprend.
La musique est la pensée des morts décomposée dans la terre.
La musique traduit les pensées des morts dans une langue que personne ne parle.
La musique traduit les pensées des morts décomposées dans la terre et communiquées dans une langue intraduisible.
La musique traduit les pensées des morts dans une langue intraduisible. »
Éric Vuillard
www.actes-sud.fr/contributeurs/vuillard-eric-0

-

Equus (grand véhicule) / par Dan Warburton
www.paristransatlantic.com/magazine/monthly2009/12dec_text.html#10

« Lionel Marchetti's music, not only his collaborative projects with fellow composer and poet Olivier Capparos, has always been haunted by the past, particularly the radio – through which a whole generation of musique concrète pioneers discovered the sound world around them – in the form of what he calls "divers hasards radiophoniques". Sounds of childhood (a magical time, a voyage of discovery Marchetti took with his own children Adèle and Hadrien on last year's album of the same name) – chiming grandfather clocks, the wheeze of an old accordion, snatches of old chanson and movie soundtracks (here Grace Kelly and James Stewart from Rear Window – of course Marchetti is familiar with his mentor Michel Chion's essay on Hitchcock's use of sound in that film) – combine with Latin incantations, fragments of poetry (notably the rolling r's of Ezra Pound's Canto XLV) and the distant muffled sound of galloping hooves in 33 minutes of magnificently crafted musique concrète realised by Marchetti and Capparos in the studios of INA/GRM in Paris in 2001 and 2002. Marchetti has often compared his pieces to poems, so it's fitting that the disc comes with three of them by way of liner notes. Eric Vuillard's lines "the gallop of horses on the earth is like the first thought of man" and "the dreams of men are the decomposing thoughts of the dead" are curiously appropriate, as is Capparos's tale of a little girl sitting at a table in a clearing in a forest. "You're here at last. I was waiting for you. You're looking for the animal you have lost. I'm trying to create one." Masterly. » – DW

-

Equus (grand véhicule) / par Stefan Zavberrer

« Le souffle chaud d'une voix animale semble nous conter une histoire.

Souffle compose en effet le message du son et de la parole : il nous guide hors de la coquille d'une oreille fermée, pleine et sphérique.

Voici l'alphabet.

Les premières pierres d'un drame musical.

Ce grand véhicule, comme les compositeurs aiment à le nommer, est un récit musical, grand oratorio, dont la facture et l'art du temps dénoncent les scénarii opératiques littérairement et dramaturgiquement pauvres.

Ré-affirmation de la cadence et de la grande forme, dirait le musicien, enfin : solution concrète renvoyant dos à dos "drame-musique" et "récitatif-ariose".

Est-ce à dire que Equus soit un opéra nouveau ? Peut-être…

On lui préférera l'appellation de : drame de l'espace et du temps.

Qu'est-ce que l'invention d'une forme ?

Au-delà de la perception technique et compositionnelle, c'est une valeur ajoutée à la simple directive : faire récit.

Mobile et immobile, le vaisseau dit "éternité".

Selon le parcours s'établit un conciliabule entre pudeur et outrage.

La musique seule décide qui sera victorieux.

De l'éternité qui consume le mouvement, de l'étouffoir de la pudeur, de l'outrage de toutes les violences pour l'oreille.

Il faut à ces combats de "grandes périodes oratoires" (Nietzsche) pour qu'ils puissent s'y incarner, se développer, tout en marquant inlassablement le silence et la rupture, le coup d'arrêt porté à la prodigalité du chant.

Intempestif, ce dialogue constitue la base de la forme musicale ainsi érigée.

Que peut bien dissimuler l'énigme du Cheval et de ses enfants au cœur d'une œuvre musicale ?

Un cheval de Troie lancé dans l'Occident nombreux, chargé du recensement des lieux naturels et artificiels de la mémoire, rapporterait-il dans sa seule bouche à la fois la gloire et la souillure des guerres ?
Devant soi, l'exercice périlleux de la musique voulant assembler tous les registres de la voix, du son, de toutes les musiques, anciennes rengaines, chansons de demain, en des lieux ambigus, institués, ceux-la même d'une mémoire oublieuse.

Tel est l'Occident en ses musiques. »
Stefan Zavberrer

-------------

Equus (grand véhicule) :

Equus is a collaborative work of musique concrète recorded in 2001-02 on a commission from the INA GRM It is truly a delight for Pogus to add this title to our catalog.
As Capparos notes: "Equus guides us through human memory and history. It may sound a bit strange that sound & music would appear as a "vehicle", or as we had cast a lead into a labyrinth. This brings us to the question of whether we are alive or not; travelling the path throughout these soundings would drive us down and up our consciousness and our listening, not to mention that we are dead or alive."

Olivier Capparos is an instrumental and electro-acoustic composer whose work encompasses philosophy and literature as well as music. Many of his compositions are focused on voice and its interpretation through loudspeakers. Capparos was composer in residence at the INA-GRM in Paris (2001), the Studio National des Arts Contemporains du Fresnoy (2002­3), and at the Argos Center in Bruxelles (2004). He has composed and conducted works for chamber orchestra, voice (soprano), violin, and piano, and has co-produced many other recordings and radio broadcasts with Lionel Marchetti throughout their long association.

Lionel Marchetti was born in France in 1967. His interest in music resides in the qualities of sound. He started to experiment by himself and later discovered the rich French corpus of musique concrète through Xavier Garcia. He is one of a handful of artists who in the mid- to-late 1990s took electro-acoustic music out of academic studios and into the free improvisation ring. A scholar who worked at the CFMI (Lyon) and INA-GRM studios and published a book on acousmatic composer Michel Chion, Marchetti developed a set-up of microphones and loudspeakers he uses on stage along with tape recorders, prepared CDs, motors and radios. He often refers to his instruments as an Œelectro-acoustic contraption¹. His musique concrète studio work incorporates sound collage and academic electro-acoustic composition, though the level of poetry and refusal of genre boundaries in his music puts him closer to Kristoff K. Roll and Luc Ferrari than Pierre Henry or Bernard Parmegiani. Following his encounter with Metamkine label owner and fellow sound experimentalist Jérôme Noetinger in the early 1990s, a series of live and improvisation-based projects would run parallel to his more academic career. The Marchetti-Noetinger duo was the first of such projects and remains the longest lasting one. They are also involved in the audio- visual project Le Cube. In addition, Marchetti performs with the influential improv collective Archipel (with Emmanuel Petit, Sophie Agnel, Fabrice Charles, Pascal Bathus, and Werchowski).

----------------------------------------------------

Olivier Capparos (1968) :
Instrumental and electro-acoustic composer, his work involves as well philosophy, litterature and, most obviously, music. Many of his works are focusing on the voice and its interpretation through loudspeakers.

As a writer, he published poetry, essays and short stories (reviews, monographies, booklets for cd’s...)

Graduate of the E.H.E.S.S.(Paris, 1996)

Master degree in philosophy Professor at the “Collège International de Philosophie” (2000), he teaches philosophy, history and art at several universities (Paris VII, VIII.. international symposiums...)

Student in music at the E.N.M. (Lyon) and at the Schola Cantorum (Paris)

Production and engineering of radiophonic creations, broadcast on France Culture/ Radio France - 1994-2004 : thirteen broasdcasts, following Beckett, Tchékhov... and some musical creations (for ex. “Voyage à Babel” with Lionel Marchetti - 1999)

Winner of radiophonic and musical creations prizes : Radio France, WDR (Germany), La Muse en Circuit, SCAM...

For several years his work is mixed with Lionel Marchetti’s work : they composed and wrote many musical works and broadcasts...

Invited composer in residence with Lionel Marchetti at the INA-GRM (2001), the Studio National des Arts Contemporains du Fresnoy (2002-2003), the Argos Center (Bruxelles, 2004)...

Four works recorded for commercial cd’s (Shamballa Records, Argos...)
He composed and conducted many instrumental works (for chamber orchestra (2005), and soli (voice (soprano), violin, piano...)

--------------------------
PRESS :

by Ed Pinsent - www.thesoundprojector.com

"On Pogus Productions, we have another collaboration from Lionel Marchetti, this time working with Olivier Capparos, fellow French electro-acoustic composer. I’ve yet to hear Marchetti put a single foot wrong with his releases, and this Equus (Grand Véhicule) (POGUS 21052-2) is no exception. In 33 minutes, a wonderfully disorienting collection of muffled found voices, uncertain musical murmurs, sounds appearing from such a distance that you’d have thought it impossible to render them on disk, let alone capture them…all edited together in that strange, slightly nightmarish continuum that Marchetti has made all his own, suggesting a thousand and one narrative progressions and alternative scenarios. There are explanatory notes inserted, but they’re all written in French which I haven’t the energy to translate just now. What’s it about? There’s a headless rearing horse drawing on the cover, and inside a simple image of a magnet. One of the oddest things we’ve heard this week!"

---------------------------

Lionel Marchetti
is a French composer of concrete music
an improviser (electronics, various analogic systems with modified speakers, REVOX reel-to-reel recorder…)
as well as a visual-sound artist, a writer and a poet

Whether his music is composed or improvised
the body has an important role (Lionel Marchetti danced with the university company Relyanse between 1986 and 1991)

To define his music, one can borrow Kenneth White’s saying :

« Concrete or abstract ?
I like abstraction where a memory of substance remains, concrete refined on the frontiers of emptiness. »
[free translation]

-

NB : for a complete bio & diverses web links
have a look here : Archives radiophoniques…
(below, in my bandcamp discography)

credits

released August 8, 2001

tags

license

all rights reserved

about

Lionel Marchetti France

Lionel Marchetti (1967) : compositeur français de musique concrète, acousmatique & improvisateur expérimental avec instruments électroniques divers

...ses compositions musicales sont considérées comme
un véritable cinéma pour l'oreille…

"Concret ou abstrait ? J'aime l'abstrait où subsiste un souvenir de substance, le concret qui s'affine aux frontières du vide." (K.White)
... more

contact / help

Contact Lionel Marchetti

Streaming and
Download help