Red Dust (livre d'Éos) / 2005 ~ 2 compositions de musique concrète

by Lionel Marchetti & Yôko Higashi

supported by
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    ORIGINAL MASTER : 44Khz - 16 bits

     €5 EUR  or more

     

1.
07:58
2.
13:37

about

--- 2004 ---

« L'acte est vierge, même répété. »
René Char

-

Red Dust

Une étude de musique concrète
pour une écoute acousmatique d'une durée de 57'44''
en trois parties ("livres") séparés

Livre maudit - 16’41’’
Livre magnétique - 19’55’’
&
Livre d’Éos (en co-écriture avec Yôko Higashi) - 21’48’’

Composition musicale, conception et réalisation sonore, tournages sonores, dans les studios du compositeur : Lionel Marchetti – 1997/2005 - et avec Yôko Higashi pour Livre d’Éos

Une première édition 3CD box de Red Dust à été réalisée en 2006 sur le label Crouton Records, dirigé par Jon Mueller – USA, augmentée d’une texte original de Olivier Capparos
www.discogs.com/label/6601-Crouton Mastering numérique 2014 : Lionel Marchetti
Copyright : Lionel Marchetti/Yôko Higashi - SACEM
Photographie : Lionel Marchetti/2006

------------------------------------------

Livre d'Éos - 21’48’’

En co-écriture avec Yôko Higashi

Première Partie :

Penombra – 13’37’’

(Voix : Le Robot, Yôko Higashi, L.M., Bruno Roche ; Percussions additives : Jon Mueller, Olivier Capparos ; Guitare électrique : Florent Dichampt ; Archives de cire : Alain de Filippis et plus N inconnues…)

Seconde Partie :

L'incendie – 7’58’’

(Voix : Yôko Higashi ; Archives de cire : Alain de Filippis et plus N inconnues…)

-

À propos de Red Dust :

« Dès l’acquisition de mon premier ordinateur, en 1997, avec son enregistreur huit pistes intégré (que j’étais fier de manipuler avec un clavier tiré des soutes du GRM que m’avait amicalement prêté Christian Zanési, le tout associé à un disque dur) mais n’ayant pas encore d’interface audio valable pour connecter le tout à ma chaîne hifi, je décidais de travailler, à la maison, sur de petites études concrètes resserrées et uniquement audibles sur le haut-parleur monophonique intégré à l’ordinateur lui-même (haut-parleur de piètre qualité, certes, mais opérationnel instantanément) et ce, avec pour règle de ne jamais sortir mon écoute de cette boite minuscule qui rapidement devint l’unique et intransigeante fenêtre sur un théâtre sonore en miniature.

Est-ce ce cadrage exigu et volontaire du rendu qui aura augmenté, encore et encore, ma fascination pour la manipulation des sons avec, toujours en tête, cette idée que ce qui fait la véracité d’un phénomène enregistré n’est pas tant sa plasticité immédiate que la force d’image qu’il recèle et qui, elle seule, épanouit les relations entre l’œuvre et l’écoutant et saura traverser, sans être altérée dans sa spécificité – ne faudrait-il pas dire son âme ? – tous les supports du son qu’elle sera certainement par la suite amener à habiter. Il ne faut pas oublier que la musique concrète n’est permise, dans son essence, que par l’intermédiaire des supports du son qui sont nombreux et bien souvent réducteurs…

Dès 1997, je commence donc à accumuler une douzaine de petites études diverses, sans souci formel d’enchaînement de l’une par rapport à l’autre et me voici lancé dans un pur plaisir à articuler les sons, à les mélanger, les associer en jouant du hasard volontaire tant au travers de la captation radiophonique via les ondes courtes déréglées qu’en jouant d’une quantité de sons nouveaux, le plus souvent captés avec un petit microphone pour enfant, ainsi que d’un diktaphone… emporté par cet appétit perpétuel qui serait de constituer un album d’esquisses où seul règnerait en maîtresse l’intuition et la sensibilité d’une écoute acousmatique en miniature.

Le temps passe. Les technologies évoluent très vite. Les cartons, dans l’atelier des sons, se referment et s’ouvrent et se garnissent de temps à autre. Petit à petit voici que j’opte pour mon habituelle stratégie de l’oubli et, six à sept années plus tard, me voilà, à la maison, avec un studio autrement adapté.
C’est alors que je décide de remettre en chantier ces études, sans titre encore, mais en retournant, cette fois-ci, à une écoute finalement plus traditionnelle : la stéréophonie, et ce, éprouvée sur de véritables haut-parleurs.
Vu le grand nombre de compositions, à l’allure hétéroclite, l’idée s’impose petit à petit de travailler à une mise en regard, par grands paquets autonomes recomposés, le tout englobé dans un projet général de facture aphoristique.
Chaque paquet (que je nomme ensuite Livre) pourrait se répondre d’un support à un autre (par exemple trois mini-cd édités dans une boite les réunissant) afin d’obtenir une aération véritable et créer une circulation de lecture manipulable, d’un support mini-cd à un autre :

RED DUST sera ainsi magnifiquement réalisée par Jon Mueller aux USA sur le label Crouton Records ; et dont voici aujourd’hui l’édition numérique qui me semble, tout autant, participer de cette plasticité envisagée dès les débuts pour cette œuvre concrète et ce, comme en une nouvelle réponse en regard de l’évolution perpétuelle des technologies."
Lionel Marchetti/2011

-------------------------------


Yôko Higashi - hamaYoko (1974, Yokohama, Japan)
is a performer, vocalist, butoh dancer and choreographer
based in Lyon, France.
Her work has been widely played on French
national radio, diffused at the GRM (Présences électro-
nique, 2012), and commended at Metamorphose in
Brussels in 2008…
www.entracte.co.uk/hamayoko/ --------------------------------------------------

Jon_Mueller :
en.wikipedia.org/wiki/Jon_Mueller --------------------------------------------------



Lionel Marchetti is a French composer of concrete music
an improviser (electronics, various analogic systems with modified speakers, REVOX reel-to-reel recorder…)
as well as a visual-sound artist, a writer and a poet

Whether his music is composed or improvised
the body has an important role (Lionel Marchetti danced with the university company Relyanse between 1986 and 1991)

To define his music, one can borrow Kenneth White’s saying :

« Concrete or abstract ?
I like abstraction where a memory of substance remains, concrete refined on the frontiers of emptiness. »
[free translation]


-


NB : for a complete bio & diverses web links
have a look here : Archives radiophoniques…
(below, in my bandcamp discography)

credits

released April 10, 2005

tags

license

all rights reserved

about

Lionel Marchetti Lyon, France

Lionel Marchetti (1967) : compositeur français de musique concrète, acousmatique & improvisateur expérimental avec instruments électroniques divers

...ses compositions musicales sont considérées comme
un véritable cinéma pour l'oreille…

"Concret ou abstrait ? J'aime l'abstrait où subsiste un souvenir de substance, le concret qui s'affine aux frontières du vide." (K.White)
... more

contact / help

Contact Lionel Marchetti

Streaming and
Download help