Konan (de Fukushima) / 2009 ~ composition de musique concrète

by Lionel Marchetti

supported by
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    ORIGINAL MASTER (stéréo) - 44khz / 16bit

     €3 EUR  or more

     

about

--- 2009 ---

Ano kumo wa inazuma o matsu tayori kana

« Ce nuage-là
marque l'attente
des éclairs »
Matsuo Bashô

-

Konan (de Fukushima)

Étude Documentaire 5

Musique concrète de Lionel Marchetti
pour une écoute acousmatique d’une durée de 16’17’’

Production, composition musicale, conception et réalisation sonore, tournages sonores au Japon et dans les studios du compositeur : Lionel Marchetti – 2007/2009

Création publique au CFMI de Lyon en 2009

download >---< ORIGINAL MASTER (stéréo) 2015 - 44khz/16bit

Copyright : Lionel Marchetti/SACEM

Photographie : Lionel Marchetti/Fukushima, Japon - 2008


--------------------------------------------


À propos de Konan (de Fukushima) :

« — les vrais mots ne sont pas ici […/…]
au sol les nuages se répandent en une pluie d’étincelles »
Kenji Miyazawa in Printemps et Ashura

« À la mi août, au Japon, c’est la fête des morts. Bon odori. Dans le petit village de Konan, dans la région de Fukushima, près de la ville de Koriyama, sur la grande île de Honshû, au nord-est de Tokyô, me voici posté dans les buissons chargés d’insectes à écouter et à observer l’étrange lecture, parfois chantée, de l’histoire mythologique du village par une vieille femme juchée sur une chaise haute et s’aidant d’un microphone.

Elle sera accompagnée, de la fin de l’après-midi jusqu’à la nuit profonde, d’une grande percussion/tambour installée à ses côtés et sur laquelle iront frapper, tours à tours, sans jamais casser la chaîne rythmique, les hommes (jeunes et vieux) du village.
De plus, tous les habitants dansent en cercle autour de la vieille dame et des percussionnistes (un peu à la manière des indiens d’Amérique autour d’un feu) et ce, dans le sens des aiguilles d’une montre, répondant vocalement, de temps à autre, à la longue histoire contée, non sans se retenir d’éclats de rires et de franche camaraderie.

J’irais ainsi danser avec eux en fin de soirée.
Presque tous les enfants, parents et grands-parents sont en kimono. Le ciel se couvre d’étoiles.
Nous sommes près du lac de Inawashiro-ko, au pied du volcan Bandaï qui aurait explosé, dit-on, il y a à peine plus d’un siècle, jusqu’à se diviser en deux et donner naissance, depuis ces flancs, à ce même lac.
Le village est entouré de rizières et de forêts impénétrables.
Non loin d’ici, une haute porte Shinto rouge-sang signe l’espace des Dieux en ces lisières montagneuses.

Konan (de Fukushima) est une composition basée sur un tournage sonore que je veux présenter comme une prise sur le réel.

Cette composition fait partie de ce que j’appelle aujourd’hui les études Documentaire(s).

Cependant, l’enregistrement initial a été volontairement remanié, remonté et traité (avec le libre ajout de sons synthétiques et autres insectes divers, par exemple) mais avec une volonté d’invisibilité dans mon écriture, afin de favoriser cette mise en avant de l’effet de réel original qui fait partie intrinsèquement de ce genre de visée musicale, en ce sens proche d’une phonographie, mais en quelque sorte rehaussée.

Il s’agit ici, pour moi, de favoriser la force du motif premier.
Dans le même élan, il s’agit de créer une illusion en mettant en scène, acoustiquement, tant la position du preneur de son que l’image à l’intérieur de l’image prétendument initiale.

Peut-être est-il possible de comparer ce style de composition concrète à une photographie ancienne, retouchée sur le support lui-même avec l’aide d’un pinceau et de quelques couleurs, donnant aux entités de la sorte prises cet ensorcelant statut de figures animées évoluant entre abstrait et concret — entre réalité et fiction ?

Aujourd’hui, après l’effroyable catastrophe liée au tremblement de terre de mars 2011, doublée d’un Tsunami puis de la perte de contrôle de la centrale nucléaire de Fukushima Daïshi (à l’heure où j’écris ces lignes trois réacteurs ne sont toujours pas stabilisés ni éteints) cette composition prend une tournure étrange, dans la mesure où le village de Konan se situe à 65 kilomètres à peine de cette même centrale nucléaire, à 35 kilomètres donc de la zone désormais interdite.» Lionel Marchetti/2012


--------------------------------------------------


Lionel Marchetti is a French composer of concrete music
an improviser (electronics, various analogic systems with modified speakers, REVOX reel-to-reel recorder…)
as well as a visual-sound artist, a writer and a poet

Whether his music is composed or improvised
the body has an important role (Lionel Marchetti danced with the university company Relyanse between 1986 and 1991)

To define his music, one can borrow Kenneth White’s saying :

« Concrete or abstract ?
I like abstraction where a memory of substance remains, concrete refined on the frontiers of emptiness. »
[free translation]


-


NB : for a complete bio & diverses web links
have a look here : Archives radiophoniques…
(below, in my bandcamp discography)

credits

released August 8, 2009

tags

license

all rights reserved

about

Lionel Marchetti Lyon, France

Lionel Marchetti (1967) : compositeur français de musique concrète, acousmatique & improvisateur expérimental avec instruments électroniques divers

...ses compositions musicales sont considérées comme
un véritable cinéma pour l'oreille…

"Concret ou abstrait ? J'aime l'abstrait où subsiste un souvenir de substance, le concret qui s'affine aux frontières du vide." (K.White)
... more

contact / help

Contact Lionel Marchetti

Streaming and
Download help