Noord Five Atlantica / 2005 ~ composition de musique concrète

by Lionel Marchetti

supported by
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    ORIGINAL MASTER : 44Khz - 16 bits

     €3 EUR  or more

     

about

--- 2005 ---

« Ici commence le pays des fantômes… »
F. W. Murnau (cité par Pierre Henry)

« Noord Five Atlantica : une jungle d'animaux et d'humains vivants
se débattant sur une arche frêle éprouvée par mille vents et mille tremblements de mer. »
Olivier Capparos

-

Noord Five Atlantica

Une musique concrète de Lionel Marchetti
pour une écoute acousmatique d'une durée de 33'29''

Conception, composition, réalisation, tournages sonores dans les studios de CESARE - Reims et dans les studios du compositeur
en 2003/2005 : Lionel Marchetti

Tournage sonore original des Goélands : Éric Pellet
Voix (présences diverses et haîku de Shiki) : Yôko Higashi
Le marin saoul : Greg Kelley
Mellotron 1963 : Jérôme Nœtinger et Lionel Marchetti
Tournage sonore des cornes de brume (Montreal, Canada) en compagnie de : Jean-François Laporte et Xavier Quérel

Une commande de Césaré - studio de création musicale (Christian Sebille) à Reims (France)

Une première édition CD de Noord Five Atlantica
à été réalisée en 2005
sur le label Césaré - CD O5/12/1/1

cesare-cncm.com Remerciements : APO 33, Olivier Capparos, Bhob Rainey
Christian Sebille, Sophie Charpentier, Chris Cooper

Mastering numérique 2014 : L.M.
Copyright : Lionel Marchetti / SACEM

----------------------------------------------------

À propos de Noord Five Atlantica
(par B.D. La médiathèque de Liège – Belgique) :

« Olivier Capparos, collaborateur poétique de Lionel Marchetti, décrit ce disque, entre autres, comme "une chanson qui raconte comment s'est débattu un marin aux prises des mers du sud
et de leurs courants froids".

Élaboré autour d'une palette maritime, cet album de Lionel Marchetti - et c'est un cliché de le dire - est en effet un film sonore.
Mais si le principe du cinéma pour l'oreille est aujourd'hui acquis, que cela ne nous empêche pas de poursuivre l'analyse.

Car il y a film et film, ce disque n'est ni un western ni un drame psychologique.

Il serait plutôt à ranger quelque part entre Tati et Tarkovski, dans une tradition du grand angle, de la vision d'ensemble, du panoramique que de rares humains traversent, leur dialogue à peine audible, ou étouffé sous le reste de la bande son, comme l'aurait fait un Godard.

Les acteurs (le marin saoul, la voix, les goélands...), voix jouées ou trouvées (divers "hasards" radiophoniques), entrent et sortent du champ, à tour de rôle, et passent de cour à jardin en récitant, discrètement, comme pour eux seuls, un texte dont ils vont sporadiquement parsemer l'action.

L'action, comme souvent en mer, c'est l'attente, mais l'attente avec une certaine tension, une certitude que dès le moindre relâchement d'attention, le drame qui couve fera surface.
L'horizon est calme, malgré les cris d'oiseaux, mais la tension gronde, en sourdine, de "mille vents et mille tremblements de la mer".
De rares soulèvements sonores viennent de temps à autre faire quelques vagues, et rappeler acteurs comme auditeurs à la vigilance et à la concentration.
Marchetti raconte cette histoire de marin(s) avec une belle économie, peu d'effets démonstratifs, et une certaine confiance dans son matériel sonore. Les prises de son concrète sont imparables, diffuses et dépourvue de ce pittoresque facile qui ruinent beaucoup de tentatives de narration.

La part musicale (c'est à dire instrumentale, car tout dans cette histoire est musical) s'immisce dans la trame sonore comme un élément naturel de plus, le souffle et le frottement des instruments répondant au souffle du vent et au frottement des oiseaux dans l'air, un simple surcroît de réalité.

Comme au cinéma, c'est ce qu'on ne voit pas, ce qui se passe hors champs, qui à la plus grande force dramatique.
Marchetti parvient ici à trouver un équivalent sonore à cette tension dramatique, et invente une musique concrète de la suggestion. »
B.D. La médiathèque de Liège (Belgique)

---------------------------------

À propos de Noord Five Atlantica
par Laurent Catala :

« Si en cette période de route du rhum, beaucoup rêvent de grande traversée en solitaire, Lionel Marchetti se verrait sans doute plus arpenter le pont d’un chalutier au moment de prendre le grand large.
Car, dès lors, au-delà de l’aventure personnelle, il y serait aussi question d’hommes, d’animaux, d’ondes radio qui relient au continent, de sirènes ronflantes, bref d’éléments vivants ou mouvants se contorsionnant ainsi au gré d’un voyage en marge du temps.
Bercé par les mouettes rieuses, Noord Five Atlantica, le nouvel album du compositeur s’écoute autant comme une pièce que comme un document radiophonique, une longue mélopée où l’agitation des formes sonores prend des allures de vaisseau fantôme flottant sur les eaux sombres de mers lointaines. »
Laurent Catala


--------------------------------------------------


Lionel Marchetti is a French composer of concrete music
an improviser (electronics, various analogic systems with modified speakers, REVOX reel-to-reel recorder…)
as well as a visual-sound artist, a writer and a poet

Whether his music is composed or improvised
the body has an important role (Lionel Marchetti danced with the university company Relyanse between 1986 and 1991)

To define his music, one can borrow Kenneth White’s saying :

« Concrete or abstract ?
I like abstraction where a memory of substance remains, concrete refined on the frontiers of emptiness. »
[free translation]


-


NB : for a complete bio & diverses web links
have a look here : Archives radiophoniques…
(below, in my bandcamp discography)

credits

released July 27, 2005

tags

license

all rights reserved

about

Lionel Marchetti Lyon, France

Lionel Marchetti (1967) : compositeur français de musique concrète, acousmatique & improvisateur expérimental avec instruments électroniques divers

...ses compositions musicales sont considérées comme
un véritable cinéma pour l'oreille…

"Concret ou abstrait ? J'aime l'abstrait où subsiste un souvenir de substance, le concret qui s'affine aux frontières du vide." (K.White)
... more

contact / help

Contact Lionel Marchetti

Streaming and
Download help